Acide 

  • C’est un style allemand qui est aujourd’hui brassé dans des brasseries du monde entier. Bière à base de froment et de malts d’orge, légèrement acide et souvent brassée avec des fruits. Elle est issue d’une fermentation haute et de levures lactiques.

  • La particularité des bières brettées est qu’elles peuvent se faire vieillir pour se bonifier, comme le vin ! Les jeunes bières à base de bretts sont fruitées, elles peuvent parfois avoir des notes de foin, légèrement terreuses ou fumées. Les brettanomyces sont des bactéries sauvages domestiquées et très en vogue dans le milieu des micro brasseries depuis quelques années.

  • Bière de blé fruité et acidulée avec des notes salées et de coriandre. Elle est toujours très rafraîchissante grâce au sel qui donne une fraîcheur générale ainsi qu’une légère acidité et des notes citronnées.

  • La gueuze est le résultat d'un mélange entre des lambics jeunes (un an) et plus anciens (de 3 ans). Le brasseur effectue des mélanges de lambics entre différents fûts jusqu'à ce qu'il soit satisfait de sa combinaison. C'est une activitée qui doit être très rigoureuse, le goût doit en effet être uniforme. La gueuze est ensuite refermentée en bouteille sans ajout de levure selon la méthode champenoise pendant environ 6 mois. C'est cette refermentation qui lui apporte mousse et pétillant. La gueuze peut être conservée de nombreuses années en bouteille.

  • Vieillit pendant environ 1 à 2 ans en fûts de chêne. Le Lambic se rencontre dans le sud-ouest de la région bruxelloise, dans le Pajotteland. Son nom provient d'ailleurs de la localité de Lembeek. Contrairement aux bières de basse et de haute fermentation, il n'est pas nécessaire de mettre de la levure dans le moût. Des levures sauvages se trouvant dans l'air viennent naturellement dans les cuves pour déclancher la fermentation. Le Lambic est fabriqué à partir de 70% d'orge malté et 30% de froment démalté. On ajoute également du houblon suranné, c'est à dire un houblon de plus d'un an d'âge, dans ce cas le goût âcre propre au houblon à disparu. Bien que cela fasse déjà quelques siècles qu’on ajoute des fruits- et surtout les griottes de Schaarbeek- au lambic dans la région autour de Bruxelles, la plus ancienne recette de bière fruitée ne date que de 1886.

  • Les brunes et rouges des Flandres prennent naissance à l’époque où l’action de la levure n’était pas encore soumise aux inquisitions microscopiques. Le moût fraîchement sorti de la cuve d’ébullition était alors pompé à l’étage supérieur de la brasserie afin d’être refroidi par l’air frais de la nuit. Il s’agissait également d’une façon d’inoculer le moût de façon spontanée. Cette façon d’insuffler la vie aux liquides sucrés fut considérablement modifiée lorsqu’on a développé des méthodes de culture de la levure. Certaines brasseries ont maintenu les pratiques ancestrales.

  • Bières volontairement acides et ce sont les levures qui vont amener cette acidité, des levures acides ou acétiques mais parfois d’autres aussi, l’imagination des brasseurs n’ayant pas de limites!